Le village, son église, son chateau

     Blotti dans un « creux » de la montagne, au pied de l’imposante falaise qui lui a certainement donné son nom et qui le  protège des vents du Nord et de l’Est  HAUTEROCHE  surplombe la charmante et tranquille vallée de l’Ozerain. Cette falaise dite « Roche-Marguerot »  est inscrite à l’inventaire des sites pittoresques de la Côte d’Or ainsi que le village d’Hauteroche par arrêté ministériel de 25  janvier 1967. Sur la colline, en face, Flavigny semble veiller sur ce petit village «le plus ancien du canton».  Non loin de là, le Mont Auxois  domine la plaine où se déroula, jadis, la célèbre bataille d’Alésia entre Vercingétorix et César.

       A l’époque où l’on parlait d’ALESIA, de FLAVINIACUM, de JALIACUM, de BUXUS ou de BORNADUM, notre petit village portait le nom  de  ALTA  ROCA  puis  de Alta Rocha et  dépendait du diocèse d’AUTUN.. (Le diocèse de DIJON n’a été  créé qu’en  1731)  Les habitants d’Hauteroche s’appellent donc  les                     «  Altirociens »En 992, GAUTHIER,l évêque d’Autun donna l’église aux religieux de l’abbaye  Saint Pierre et Saint Prix de Flavigny.  A cette époque, l’abbaye connaissait de grosses difficultés financières dues à la mauvaise gestion du prévôt de l’abbaye ROBERT, cousin du duc de Nevers  et l’évêque remit à Childéric, religieux bénédictin à qui il avait confié l’abbaye, dix neuf  autels , c'est-à-dire leurs droits et leurs dîmes. En 1002,  Aimon de Vergy, comte d’Auxois, donna les villages de Villiers, Nailly et Hauteroche aux religieux de Flavigny. Et en 1008, Aisilin céda également sa maison seigneuriale bâtie près de l’église.

 

 

                                            LE CHATEAU

      Vers 1630, François VALON, seigneur d’Hauteroche et Etiennette VENOT, son épouse, firent construire le château actuel  ( restauré  et transformé en 1879) et ses dépendances comme le confirme  la date de 1636 gravée  sur le cadran solaire  à deux faces de la tour Sud ainsi que sur une pierre  au départ d’une voute qui devait abriter la cuverie (en dessous se trouvent trois belles caves voutées).   Dans  cette tour  Sud  était installée au rez de chaussée la forge et à l’étage, un pigeonnier comportant 818 boulins en pierres appareillées avec son échelle tournante en parfait état., On y accède par un superbe escalier de pierre en colimaçon.  L’autre tour sud abritait la salle des  gardes  dotée d’une magnifique clé de voute où sont  gravés les blasons des VALON et des VENOT. Quant aux deux tours Nord, elles font partie intégrante du logement.

      Une légende qui était racontée dans les veillées, autrefois : Lorsque le Seigneur d’Hauteroche eut fini de construire le nouveau château, la très ancienne demeure seigneuriale fut peu à peu désaffectée puis démolie. Les coups de pioches qui ont raison de la dernière tour de l’ancien château devenu la maison de Monsieur  Jean  Toulouze, le couvreur, sont largement récompensés : un trésor  est là et l’on retire sept corbeilles d’or des décombres.. L’histoire ne donne ni la taille des corbeilles, ni bien sûr, leur destination.

                                                    

                                                L’ EGLISE

        L’église d’Hauteroche, dédiée à Saint Aubin a été construite et reconstruite au cours des siècles. SAINT AUBIN  né en 469 à Vannes se retira très tôt au monastère de Cincillac près  d’Orléans. A 35 ans il fut désigné  par les religieux comme Abbé tant il était un modèle d’humilité de mortification et de pénitence. A la mort de  son évêque  la ville d’Angers  le choisit comme pasteur.  Ce choix fut ratifié en529 par les évêques de  la province.  Il  montra autant de zèle que dans la réforme de son monastère. Les pauvres et les affligés trouvent en lui un père, les malades un médecin charitable. Sur son instigation, au Concile de 541  à  Orléans, on dressa des règlements  contre les mariages  incestueux. Il mourut saintement, comme il avait vécu le 1er mars  550.                                                                                                                     La nef  de notre église daterait des XIVe et XVe  d’après le chanoine Marilier, ancien curé d’Hauteroche et président de la commission départementale d’héraldique.                                                                                                                                 Le chœur et le clocher ont été reconstruits en 1647 par François Valon, seigneur d’Hauteroche comme l’atteste la date gravée sur un contrefort du clocher. Il fit construire également la chapelle seigneuriale attenante dans laquelle les blasons des Valon et des Venot  sont sculptés à la naissance  des ogives.                                                      L’abside  a été reconstruite vers 1830 sur l’assise semi-circulaire de l’église primitive  du  Xe  avec  les  matériaux  de  démolition  de  la  chapelle  Saint  Firmin  d’Ecorsaint.                                                                                                                                    Le clocher abrite deux cloches : l’une fondue en 1833 à la mémoire de    Aubert et de Catherine Quanquin, son épouse ; l’autre, un peu plus grosse fondue en 1842 ( l’abbé Nicolas Corbelin étant desservant) Les parrain et marraine furent Antoine Charles Sauvel, avocat à la cour royale de Paris et propriétaire  du Château des Prés  et Adélaïde Caroline Sauvel épouse de Emile Husson.

    A noter que dans les archives paroissiales il est  fait mention du baptême  de deux cloches en date du 4 juin 1765. Le parrain était « Haut et Puissant Seigneur Messire Jean de Piolenc, abbé de Flavigny et Seigneur d’Ecorsaint » ; la marraine était « Haute et Puissante Dame Adélaïde Antoinette  Duban de la Feuillée, épouse de Haut et Puissant Seigneur Edme Le Bacle, marquis d’Argenteuil, Aide Major des gardes du Roi ».

     L’intérieur de l’église a été restauré de 1977 à 1988, à l’initiative de l’abbé Jean-Jacques Puisségur,  chercheur au C.N.R.S., malacologue réputé, dernier curé résidant à Hauteroche. A noter que les travaux ont été entièrement financés avec les fonds recueillis au cours des kermesses organisées, chaque année pour la fête du 15 août.

      A l’occasion des travaux, seules les statues en pierre ou en bois polychromé du XVIIIe  ont été conservées ; on remarquera : Dans le chœur, un saint Laurent et un  évêque                                                                                                                              

         Dans l’abside : un St Aubin et un St Jean Baptiste (en pierre)                                                                                                                                                                                        Dans la nef, côté gauche une Vierge à l’Enfant, un Dieu de pitié (en pierre) de la 1ére moitié du XVIe  provenant de la chapelle détruite de Notre Dame de Revisey.          Dans la nef côté droit : une Ste Catherine et une Ste Barbe, une Ste Anne et une Ste Reine (en pierre) du xve (école autunoise vers 1480).                                                    Dans la chapelle seigneuriale, on découvre une toile  du  XVIIe représentant Sainte Claire. Ce tableau aurait appartenu au Monastère des Clarisses de Montbard, avant la Révolution . On peut y admirer également un bel  autel en bois  du milieu du XVIIIe avec retable.                                                                                                En bas de la nef, à gauche, on peut voir un socle en pierre sur lequel reposait jusqu’en 1878 , une  très  ancienne cuve baptismale des  XIe-XIIe ( qui fut transférée au Musée National de St Germain en Laye , dans des circonstances plus ou moins obscures). Le Maire de l’époque aurait remis  ce baptistère à l’architecte départemental à la suite de la réception de travaux effectués au presbytère .

      Dans l’église, on découvre plusieurs pierres tombales :                                                           -Au milieu de la nef, dans l’allée centrale, l’une d’elles rappelle la mort tragique de Philibert Crochot ; on y lit ceci : « Cy git Philibert Crochot laboureur à Hauteroche quy décéda le 26 juin 1726 par les mains de Roch Belin qui le tua d’un coup de faut dans le pré qui luy appartenait en Longe Roy sur lequel  on a hypothéqué la fondation ordonnée par arrêt du Parlement ».                                                                            - Dans le chœur, du côté de la chapelle une autre pierre tombale sur laquelle on peut lire : " ci git Jean Barthelemot, prêtre curé d’Hauteroche qui décéda le 27 février 1710 âgé de 86 ans ".                                                                                                            -Dans l’abside, derrière la croix, une autre pierre tombale : « cy git Thomas Renaut, curé d’Hauteroche mort le vendredi saint 25 mars 1785 »  Ce prêtre est mort à la suite d’une épidémie de peste qui provoqua la mort de 31 personnes  en trois mois.